Aquarela

Viktor Kossakovsky, Allemagne, GB, 2019o

s
vretour

Le réalisateur russe Viktor Kossakovsky a déjà réalisé plusieurs projets de films documentaires inhabituels depuis les années 1990. Voilà ici sa tentative de rendre justice cinématographique à la force élémentaire de l'eau dans toutes ses manifestations sur notre planète. Du lac Baïkal aux océans, jusqu' à une tempête tropicale, le voyage nous amène découvrir les merveilles des chutes d'eau de la forêt tropicale. Parfois, Kossakovsky utilise la technologie de caméra la plus moderne, parfois il observe simplement l'étrange activité humaine sur le front de mer avec calme. Dans l'agitation de la vie quotidienne du cinéma, il manquait une certaine tranquillité pour ce regard contemplatif, le moment est maintenant venu.

Si l’ambition expérimentale du film a de quoi sidérer, l’exploit de Kossakovsky est sans doute celui-ci : trouver une forme dramaturgique avec laquelle investir une matière primitive, dénuée de langage, pour articuler un récit dont la trame se limite ainsi aux surgissements de phénomènes sans auteur ni témoin.

Sandra Onana

Victor Kossakovsky célèbre l'eau sous toutes ses formes. Si Aquarela est aussi magnétique malgré son aridité, c’est précisément parce qu'il porte en lui la définition du film crépusculaire. C’est-à-dire celui qui a su fixer le moment où la beauté se meurt.

Ludovic Béot

Mais quand il filme les glaciers qui se disloquent et nous fait entendre le bruit de la mer qui tremble, Victor Kossakovsky réussit son pari de poème visuel, liquide et sensoriel, dédié au maître russe Sokurov.

Frédéric Strauss

Aquarela matches sincere, open-eyed curiosity about the wider world to awe-inspiring technical virtuosity in realizing it [...] Among its other virtues, Aquarela serves as a persuasive showcase for the sensory merits of high-frame-rate lensing. [...] Kossakovsky and his fellow cinematographer Ben Bernhard don’t merely rely on the technology to do all the startling, however, as they jointly compose their images with a keen eye for texture, color and contrast: There’s as much wonder here in the close-up ombré of blues on an iceberg’s underside as in the film’s more literally thundering setpieces. (Excerpt)

Guy Lodge

Victor Kossakovsky will in Aquarela weder trauern noch predigen. Er habe dem Wasser eine Stimme geben wollen, sagt der russische Regisseur. Das ist auf überwältigende Weise gelungen. Hätte das Element selbst ein Porträt von sich in Auftrag geben können, es sähe womöglich aus wie Aquarela. (Auszug)

Martina Knoben

Galerie photoso

Slant Magazine, 11/08/2019
© Tous droits réservés Slant Magazine. Fourni par Slant Magazine Archiv
Indiewire, 14/08/2019
© Tous droits réservés Indiewire. Fourni par Indiewire Archiv
Creative Planet, 22/01/2020
© Tous droits réservés Creative Planet. Fourni par Creative Planet Archiv
Vox, 26/08/2019
© Tous droits réservés Vox. Fourni par Vox Archiv
Berliner Zeitung, 08/12/2019
© Tous droits réservés Berliner Zeitung. Fourni par Berliner Zeitung Archiv
10/12/2019
© Tous droits réservés Süddeutsche Zeitung. Fourni par Süddeutsche Zeitung Archiv
Victor Kossakovsky: The 1st Rule of Filmmaking (Masterclass)
Victor Kossakovsky / IDFA
en / 24/05/2011 / 8‘51‘‘

Über die Entstehung der Meeresströmungen
/ ARD
de / 30/09/2016 / 4‘20‘‘

Schätze der Welt: Der Baikalsee
/ SWR
de / 31/05/2016 / 14‘45‘‘

The History of Frame Rate for Film
/ Filmmaker IQ
en / 01/02/2015 / 15‘20‘‘

Données du filmo

Genre
Documentaire
Durée
90 Min.
Langues originales
Anglais, Espagnol, Russe
Ratings
cccccccccc
ØVotre évaluation6,6/10
IMDB:
6,6 (1070)
Cinefile-User:
< 10 votes
Critiques :
< 3 votes q

Casting & Equipe techniqueo

Viktor KossakovskyRéalisateurs
Aimara RequesScénario
Viktor KossakovskyScénario
PLUS>

Bonuso

iVidéo
Victor Kossakovsky: The 1st Rule of Filmmaking (Masterclass)
IDFA, en , 8‘51‘‘
s
Über die Entstehung der Meeresströmungen
ARD, de , 4‘20‘‘
s
Schätze der Welt: Der Baikalsee
SWR, de , 14‘45‘‘
s
The History of Frame Rate for Film
Filmmaker IQ, en , 15‘20‘‘
s
gPresse écrite
Critique Slant Magazine
Keith Watson
s
"Aquarela": Inside the Most Dangerous Documentary Ever Made
Indiewire / Anne Thompson
s
“Aquarela” and High Frame Rate Filmmaking
Creative Planet / Jennifer Wolfe
s
Interview with director Victor Kossakovsky
Vox / Alissa Wilkinson
s
Critique Berliner Zeitung
Karsten Munt
s
Critique Süddeutsche Zeitung
Martina Knoben
s
Nous utilisons des cookies pour vous offrir un service personnalisé. Pour plus de détails, voir notre déclaration de protection des données. En naviguant sur cinefile.ch, vous acceptez notre politique d'utilisation des cookies.